Martin BIRCH (1948 – 2020)

Le métier de producteur (le sacerdoce plutôt, ou la magie), tel qu’il existait dans les années 70 ou 80. Martin Birch a consacré sa vie à quelques groupes seulement, en tant qu’ingénieur du son puis producteur. Onze albums avec Deep Purple (le premier en tant qu’ingénieur du son alors qu’il avait à peine 21 ans !), cinq avec Fleetwood Mac, cinq avec Rainbow, neuf avec Whitesnake, dix avec Maiden (de « Killers » à « Fear of the Dark », excusez du peu !)… Il vient de nous quitter, alors qu’il n’avait que 71 ans (et qu’on le croyait au moins centenaire!). Un métier d’autrefois, où les groupes pouvaient se payer un « œil extérieur ». On vénère aujourd’hui toujours les groupes majeurs de hard-rock, les artistes fondateurs. On oublie souvent qu’à l’époque où l’absence d’informatique ne permettait pas de produire un album soi-même dans sa cave, il y avait des artistes (aussi) qui tels des hired guns venaient prêter main-forte à de jeunes fous talentueux pour extraire de leur magma créatif la substantifique moelle. Martin Birch était de ceux-là. Curieusement, les albums de hard-rock des années 70 ou 80 que l’on réécoute avec plaisir baignent dans le son chaud, propre, et énergique dont il a doté quantité d’albums incontournables. Un héros d’une autre époque. Que les moins de vingt ans… (same sad story).

R.I.P. Martin Birch.

Et surtout, MERCI !

MOSAIQUE

Une réflexion sur “Martin BIRCH (1948 – 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s