LE CONFINEMENT – Covid 19, Jour 53

JOUR 53

Mercredi 06 Mai 2020 (J-5)

Voilà, demain sera mon dernier jour de boulot confiné. Lundi je le reprendrai déconfiné. (j’ai l’impression de parler de café !). Cela va-t-il changer quelque chose ? Oui j’espère ! Plus d’heures, plus de travail, plus de rythme… enfin, je crains surtout que ça ne reprenne que tout doucement. En tout cas, j’ai trop hâte. Déjà aujourd’hui, en rencontrant quotidiennement d’autres personnes à leur travail, je ressens une vraie effervescence positive. Tout le monde en veut ! Le travail est vital, pour de multiples raisons, et pas qu’économiques. Il ne reste plus qu’à convaincre ceux qui sont les plus craintifs face à cette exposition élargie au virus… il y en a, quand ils s’expriment on sait à peu près où ils travaillent (ou en tout cas pour qui), mais n’ayant ni envie de stigmatiser, ni envie de me fâcher avec mes amis, je ne ferai pas de commentaires. Nous sachons tous ! 

C’est comme le discours de notre bon Président aujourd’hui, qui propose aux intermittents qui ne pourront malheureusement et pour d’évidentes raisons exercer leurs talents divers et variés pendant de nombreux mois, tout en les assurant d’une année blanche leur permettant de garder leur statut et leurs droits au chômage sur cette période (si j’ai bien compris), de donner un peu de leur temps (il parle d’une heure, voire deux, par semaine, énorme quoi !) pour introduire sous un angle nouveau et différent la culture sous toutes ses formes en milieu scolaire. C’est peut-être idiot, c’est sûrement maladroit…. Je me souviens qu’il y a quarante ans mon éducation musicale ne tournait qu’autour de la flûte et de l’interprétation parfaite de “ Orléans, Beaugency, Notre-Dame de Cléry, Vendôme, Vendôme ! ”. Aurais-je aimé qu’au travers de la présence d’intervenants on m’ouvre les yeux et l’esprit vers d’autres aspects des métiers de la culture alors ? Sincèrement, oui. Trois fois oui !

Mais aujourd’hui tout est cloisonné. Les gens sont monotâches et réfractaires à tout ce qui apparaît, parfois à tort, comme une contrainte alors qu’il peut tout autant s’agir d’une opportunité. Imaginez préparer des jeunes générations au metal et en faire le public de demain ? Je me souviens qu’il y a 35 ans, toute une classe d’âge s’ouvrait au monde et à la diversité au travers du service national. Une belle perte de temps par bien des aspects, mais l’assurance d’un brassage culturel dont je me réjouis encore aujourd’hui, et ce malgré les heures passées à monter la garde, faire la vaisselle et passer la serpillière. Parce que tout le monde, dans la même galère, se serrait les coudes. Difficile à concevoir en 2020 où autodéfense, victimisation et anti-système coupent court à tout dialogue. 

A ceux qui ne sont pas sortis de chez eux depuis plusieurs semaines et qui habitent en milieu rural, soyez très vigilants aux « stops » à partir de lundi ! En effet, les ronds-points et haricots divers balisant les carrefours sont en totale friche et la visibilité en est d’autant réduite. C’est incroyable que les personnels qui conduisent des tracteurs débroussailleurs, seuls dans leur cabine à longueur de journée en temps normal, aient abandonné le travail pour cause de confinement… Il y a des choses que je n’arrive pas à comprendre… A moins que leurs « chefs » aient eux-mêmes fui leurs bureaux, entraînant la paralysie de toute une chaîne de travail !

Les brasseurs annoncent une perte de 10 millions de litres de bières du fait de la fermeture des débits de boissons et de l’annulation de toutes les manifestations populaires. Alors à votre avis :

a/ la santé publique va s’en ressentir et les comptes de la sécu vont s’améliorer ;

b/ 10 millions de litres d’autres boissons alcoolisées vendues en grande surface ont été consommés à la place (et ceux qui en ont profité – peut-être même les brasseurs eux-mêmes par l’augmentation des ventes de packs de canettes – restent bien discrets) ;

La reprise approchant, j’ai tenté de me replonger dans The Mandalorian. J’en suis au 4ème épisode et je ne sais pas si j’irai plus loin. J’ai l’impression de regarder un mix entre les épisodes les plus mous de Star Trek, les westerns les plus simplistes, et Trois Hommes et un Couffin. Enfin, là, c’est la version cheap, Un homme et un couffin en quelque sorte.

Love ! 

(A suivre)

2 réflexions sur “LE CONFINEMENT – Covid 19, Jour 53

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s