SURVIVAL ZERO « The Ascension » (2020)

unnamed (5)

The Ascension est le premier album de SURVIVAL ZERO, groupe composé de musiciens champenois aguerris rassemblés autour de Pierre Lebaillif (chant) qui en a posé les bases musicales et thématiques. Ne serait-ce que par son nom et cette magnifique pochette qui n’est pas sans évoquer le monde d’Hellboy, le moins que l’on puisse dire est que SURVIVAL ZERO révèle (malheureusement) d’emblée en cette période de pandémie un pertinent et pessimiste sens de l’à-propos. Mais le propos du groupe, justement, se veut pourtant beaucoup plus positif au terme de quarante minutes sensées élever l’auditeur vers un autre versant. Quarante minutes pour neuf titres, dont deux instrumentaux, qui s’appréhendent d’une traite démarrée au son d’un écho radar issu de ténébreuses profondeurs, dont le groupe tente péniblement de s’extirper. Sombre mélange de death metal, de hardcore, voire de post-hardcore, et bien plus encore, The Ascension ne se dépare pas une seconde, malgré les nombreuses nuances de rythmes et d’ambiances, d’une agressivité de chaque note dont l’unique but semble être d’expurger en vain un oppressant mal-être. La production rugueuse de Mat Chiarello (W.I.L.D.) met brillamment en valeur les aspérités d’une musique noire et dense, traversée par cette voix caverneuse qui ne rechigne pas à se faire ponctuellement claire sur des refrains efficaces. Quand bien même l’expérience se vit-elle au gré d’une tracklist savamment assemblée, la structure même de l’album accentuant cet effet oppressant, quelques titres sortent du lot tels le rouleau compresseur « Old Man’s Path », « Ascension » qui groove avec la joyeuseté d’un Paradise Lost, le lourd « Glorious Nemesis » qui, bien qu’agrémenté d’un break aérien et d’une ligne de basse réjouissante sur son final, enfonce les clous avec l’efficacité d’un Vulcain s’acharnant sur sa forge, ou encore « Degeneration », lent et chaloupé, démarré comme du Metallica, peut-être le meilleur titre de l’album, et à coup sûr le plus heavy. « The coldspot », court instrumental, lance le bouquet final constitué de « Foundation » qui lui-même sert d’intro à « The Otheverse », l’apogée du parcours dont on se demande alors qu’il s’achève sur des percussions et des quitares peplumesques, s’il nous a vraiment guidés vers la lumière. Chacun se situera selon son ressenti ! The Ascension est un premier album enthousiasmant à la fois abouti et prometteur. C’est aussi une vraie expérience.   

Oreilles4_2

SURVIVAL ZERO
« The Ascension »
M&O
Sortie le 24 Avril 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s