AUDREY HORNE « Waiting for the Night » (2020)

AUDREY HORNE WAITING FOR THE NIGHT

Rock. Sans concession et (surtout) sans prise de tête. Comme une profession de foi. Cela dure depuis 18 ans. La Norvège est un pays formidable, connu dans la sphère metal pour ses musiciens extrêmes, lesquels sortis par la grande porte sur des rythmes épileptiques sont capables de revenir par la fenêtre pour défendre le hard rock avec la même fougue. Alors que se multiplient depuis quelques années de par le monde les groupes défendant à nouveau une musique qui fit les grandes heures des années 70, AUDREY HORNE se différencie de ce mouvement souvent rétrograde et lénifiant car plus respectueux que novateur, en y injectant une énergie et un j’m’enfoutisme punk, qui font de chacune de leurs prestations live une expérience sensorielle immersive totale invitant à la transpiration intense. Il aura fallu six albums studio (en treize ans) pour qu’enfin le groupe prenne le pari de graver dans la cire (ou le plastique) (ou la dématérialisation) sa furie live. Alors que les ventes de cd s’effondrent et que les groupes « connus » multiplient les sorties (un album, un live, un album, un live…), au point que même le fan le plus endurci finit par se sentir vache à lait, d’autant plus que souvent le live ne se différencie pas vraiment de l’enregistrement studio, l’achat d’un live nécessite une bonne dose de fanitude. « A moins que ». Waiting for the Night entre mille fois définitivement dans la  catégorie du « A moins que ». « Live », dans le vrai sens du terme souvent oublié, depuis longtemps galvaudé. Cet album sent autant la sueur que l’approximation maîtrisée, deux éléments qui en font un incontournable. Parce qu’en l’écoutant, nous sommes , dans la fosse à Bergen en 2018 sur la tournée « Blackout ». Au chant, Toschie, jamais pris en défaut vocalement, donne le ton et prend le public à la gorge. Charisme power ! Mais c’est tout le groupe qui se livre. « This is War » ! La basse, les guitares, la batterie… rien n’est superflu, tout est indispensable. Tous vont au combat. AUDREY HORNE est ainsi capable d’enchaîner douze classiques sans relâcher l’étreinte. Waiting for the Night est à coup sûr, déjà, l’album live de l’année. Et alors qu’en 2020 la situation sanitaire ne nous permettra probablement pas de vivre de telles émotions brutes, il devient un incontournable. Il a le bruit de la salle confinée, l’odeur de la sueur, et le goût de la bière. AUDREY HORNE n’est pas dans l’artifice, mais dans l’authenticité. C’est pourquoi à cet album live est joint un blu-ray bonus compilant une vidéo de cette dernière tournée, mais aussi des témoignages sans fard de 2003 à 2019, dont une vidéo filmée par une unique caméra et dotée d’un son brut du concert donné à l’Empreinte de Savigny le Temple le 15 décembre 2018, tandis que la péniche du « Petit Bain » à Paris où le groupe s’était produit le 20 janvier précédent tanguait encore. Chaleur, énergie, compositions, jeu, public, guerre, tout y est. Faut-il vous faire un dessin en plus ? Plus qu’un disque, un moment de vérité. INDISPENSABLE.

Oreilles5_2

AUDREY HORNE
« Waiting for the Night »
Napalm Records
Sortie le 28 février 2020

Une réflexion sur “AUDREY HORNE « Waiting for the Night » (2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s