LE CONFINEMENT – Covid 19, Jour 9

JOUR 9

Lundi 23 mars 2020

Et une nouvelle semaine qui commence ! Comme un lundi ordinaire, pour ceux qui sont maintenus au travail (les bienheureux !), pour ceux qui télétravaillent aussi, et enfin pour les parents devenus instits ou profs et auxquels il ne faudra pas conseiller l’achat de cahiers de devoirs de vacances cet été. Le quota aura été largement atteint par anticipation ! De toute façon, on a bien compris, de vacances estivales il n’y aura pas cette année. Sauf bien sûr si le gouvernement décide de sauver les hôteliers, les campings, les stations balnéaires,…. bref, on n’en est pas sorti, des décisions complexes seront amenées à être prises, et rien n’est surtout aussi simple que tant d’esprits binaires voudraient le faire croire sur les réseaux.

« Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire et surtout la grande armée des gens, d’autant plus sévères, qu’ils ne font rien du tout.« 

Attribuée à Jules Clarétie (1840-1913), cette citation paraît bien incomplète en 2020 pour décrire la bêtise d’une parole libérée sans garde-fous, dans une société où parler fort est plus important que parler juste, s’affirmer plus primordial que se renseigner, et critiquer plus flatteur que réfléchir. Le  tout dans une immédiateté qui cloue au pilori ceux qui gèrent et élève au rang de dogme les élucubrations non vérifiées de tout gourou (peut-être le seront-elles plus tard), qui ne tolère surtout pas la patience ni n’accepte, pour reprendre les paroles d’un président d’il n’y a pourtant pas si longtemps (mais de la préhistoire pour beaucoup) : de donner du temps au temps.

Notre monde est ainsi. Savoir, sans avoir à penser. C’est beau. Comme j’aurais aimé avoir cette intelligence… C’est idiot, je ne peux pas m’empêcher de pénicauder !

Neuvième jour de confinement et ma femme est à bout. Elle n’a mis que deux fois le bout de son nez dehors (en dehors du jardin, s’entend), et elle se liquéfie déjà. La seule énergie qu’il lui reste, c’est la 12, celle de la chaîne du même nom. Il faut dire que la nuit, NRJ12 diffuse tellement de films catastroph(iqu)es que quand ma femme se réveille en sursaut après un cauchemar et réalise qu’elle est confinée pour un simple virus, elle est soulagée.

Quant à moi, je suis stressé. J’ai beau avoir la chance de sortir pour aller bosser, de rouler dans la campagne ensoleillée sur des routes que plus personne n’emprunte, que les écureuils, les biches, les renards, les sangliers, se sont réaccaparées, je suis angoissé.

Pas parce que je travaille. En fait je ne travaille pas vraiment. J’ai des instructions ministérielles. « Ne faites plus rien, mais surtout continuez à travailler ! ». Mon cerveau cherche toujours. En attendant, ça m’autorise à sortir, même si dans la journée je ne croise personne. Ou pas grand monde. Et à « distance barrière masquée ». Non, ce qui m’angoisse en ce 23 mars, c’est plutôt :

OU EST LE RUNNING ORDER DU HELLFEST 2020 ????

Si vous avez des infos, dites-moi !

Je lis que des amis ont des soucis d’électroménager. Nous n’avons pas dormi vendredi soir parce que le lave-linge n’essorait plus. On s’est plantés devant NRJ12, puis couchés avec le sourire.

Un musicien suédois de mes connaissances écrivait aujourd’hui que s’il doit ressortir un point positif de cette crise, ce sera sûrement le fait que l’humain revienne au centre de nos préoccupations. Cette pandémie, ce confinement, auront rapproché les gens. Oui, au sens figuré alors, parce qu’entre la « distanciation sociale » et les « invectives sur les réseaux », il me semble qu’il reste encore du chemin à parcourir !

Si le gouvernement doit faire une chose de bien, s’il accepte un conseil, je lui propose de fixer la date de la fête des voisins à la date de sortie du confinement. Ca, ça aurait de la gueule ! Retrouvailles, libations et méga barbecue party ! L’humain au centre, enfin !

Mais vu comme c’est parti, on s’oriente plutôt vers faire coïncider la fin du confinement avec la fête de la musique. Et avec tous les musiciens en herbe qui pratiquent (torturent) à mort leur instrument en ce moment, ceux qui composent à tout va des ritournelles pour leurs enfants, leur famille, l’humanité, je pense que si c’est ce le cas, ça va saigner ! Enfin, nos oreilles surtout…

(A suivre…)

Entrée de journal écrite en écoutant Black Metal de WITCHCRAFT.

Witchcraft - Black Metal - Artwork

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s