LE CONFINEMENT – Covid 19, Jour 4

JOUR 4

Mercredi 18 mars 2020

Ca y est ! « Il » est arrivé en Bretagne.

Le virus ?

Non, le parisien !!!

Soyons clairs, je n’ai rien contre le parisien. D’ailleurs, j’ai même un ami parisien. Il a un accent rigolo, il parle comme s’il mesurait trois têtes de plus que toi sans pour autant que n’émane de son discours une réelle supériorité (quoi qu’il en pense), et tu l’observes autant que tu l’écoutes, avec amusement… Mais franchement, les familles qui ont cru subtil de trimbaler leur virus dans le grand ouest en se disant qu’au moins pendant plusieurs semaines sans bosser elles pourraient profiter de la plage et autres activités nautiques… Comment dire ?

Non.

Définitivement, NON.

Désolé, les amis, peut-être, comme le chantait le grand poète, « le confinement est-il moins pénible au soleil », mais ça reste du confinement.

Dans le dictionnaire, à côté de la définition de « confinement », et vous pouvez chercher, il n’y a pas de photo de jogger, de footballeur, de balançoires, et encore moins de voiliers ou de pécheurs !

Et si vous courez, courez autour de chez vous. J’en discutais ce midi avec mon voisin en respectant les sept mètres de distance de sécurité. Certains se sont faits verbaliser parce qu’ils couraient à 500m de chez eux. Comme je disais à mon voisin, « 500m, il faut déjà les parcourir ! C’est une belle distance ! »

Alors, s’il vous plaît, amis pseudo-touristes, confinez-vous dans vos résidences secondaires, aussi belles et spacieuses soient-elles, et qu’on ne vous voit plus !

Sauf attestation de déplacement dérogatoire en mains !

PAPIER BITTE ! SCHNELL !

Quelle belle idée encore que cette auto-dérogation ! « Aujourd’hui, allez, c’est confinement mais je m’auto-déroge pour aller chercher le journal ! ». Ou du tabac. Sauf chez moi. La buraliste, après avoir mis au chômage ses salariés, a fermé son commerce indéfiniment pour ne pas être au contact de ses clients car elle serait asthmatique. Victime du tabagisme passif peut-être… C’est beau comme le surréalisme.

Mais attention ! UNE dérogation écrite PAR déplacement ! Les gens n’ont pas d’imprimante ? Ils peuvent écrire. Oui mais tout le monde n’a pas de papier ! Enfin si, mais du papier toilettes. A foison ! Mais pas sûr que la Brother, l’Epson ou la Canon aiment ça. Vous allez les voir, dans les jours qui viennent, les vieux sortir du supermarché le chariot rempli de ramettes A4 80 g !

Mais dites-moi, les entreprises n’ont-elles pas renvoyé leurs salariés dans leur pénates pour y effectuer du… télétravail ?

Parce que si c’est effectivement le cas, alors tous mes voisins travaillent dans le secteur du lavage de voiture ou de l’entretien de jardin.

Et franchement, je suis entouré d’ « employés du mois » ! Je suis admiratif ! En même pas trente heures, ils ont quasiment tous déjà tondu leur pelouse, taillé leurs haies, épongé les carrosseries, briqué les chromes et dépoussiéré les tableaux de bord.

C’est étourdissant ! Il y a du claquage dans l’air !

COOL LES AMIS !!! Vous êtes peut-être confinés chez vous jusque fin juin ! Gardez-en un peu pour plus tard !

Pendant ce temps-là, je continue à aller au boulot. Je croise une quinzaine de véhicules en vingt bornes, le téléphone ne sonne jamais, je reçois quatre courriels et un sms dans la journée. Sur l’échelle du CALME entre 0 et 10, on est assez proche du -2 (ressenti -10). En deux jours, j’ai déjà absorbé 50 % de mon retard sur mes dossiers. A ce rythme, ça ne va pas être coton de tenir plusieurs semaines… Je vais lever le pied.

Demain, J+2 après le début officiel du confinement, nous irons faire des courses. Pourvu que le supermarché ait été livré. Les vieux ont dévalisé tous les rayons alimentaires. Maintenant que le parisien est là, ça va être le tour de la bio coop. Même plus une graine de quinoa à se mettre sous la dent dans les 24 h !

J’ai lu un petit récapitulatif intéressant sur la pandémie sur le site du HuffPost. Au milieu de l’article, il y a avait une pub pour un horoscope. Ca m’a fait rire (jaune). Mais je n’ai pas osé cliquer.

Sinon, la grosse nouvelle du jour, c’est quand même d’avoir appris que la télé réalité existait toujours en Allemagne, notamment par le biais du programme « Big Brother » (Loft Story chez nous). Un groupe de jeunes gens confinés pour quelques semaines, à qui les producteurs ont appris hier la pandémie qui frappe le monde, et le confinement des populations « dans la vraie vie ». Niveau mise en abîme, on a rarement fait mieux.

La fiction rattrapée par la réalité.

(A suivre…)

Entrée de journal écrite en écoutant Dreaming Neon Black de NEVERMORE.

nevermore

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s