LE CONFINEMENT – Covid 19, Jour 2

JOUR 2

Lundi 16 mars 2020

Ce matin je m’attendais à l’apocalypse. Je m’étais dit qu’en allant bosser je compterais les voitures croisées… Je n’étais pas arrivé au bout de ma rue que j’en avais déjà croisées douze. Je me suis arrêté là. Ce fut une journée comme une autre. Comme dans le monde « d’avant ». La seule différence notable, c’est qu’il a fait beau alors que depuis septembre il pleut. C’est peut-être la nature qui se révolte. Elle a un drôle de sens de l’humour, la nature. S’il fait beau pendant les semaines de confinement qui nous pendent au nez, on sera fixés.

Nous sommes allés aux courses. On n’a pas acheté de pâtes. Il nous en reste depuis les dernières craintes de pénurie. Je ne sais pas à quand ça remonte. Sur les paquets retrouvés à la cave derrière les vieux pneus de la Berlingo, il y a un jeu pour gagner un baladeur cd et un cd pour surfer 6 heures gratuites sur aol.

Je vais peut-être avoir un peu de temps libre. Faudrait que je me renseigne pour caler des interviews. Il doit y en avoir des artistes de dispo chez eux dans le monde en ce moment…

Dans l’effervescence, mon jean gavé d’elasthane est passé au sèche-linge. C’était un taille 34. Désormais, c’est un taille 34, ressenti 28.

Faut que j’arrête les pâtes, c’est un signe.

Manu va annoncer ce soir un confinement 2.0, avec l’armée et tout et tout… Les habitants des grandes villes fuient pour se réfugier à la campagne. Chez moi quoi ! C’est l’exode ! Je prie depuis ce matin pour que les vieux nous créent une pénurie de carburant et les empêchent ainsi de franchir la ligne de démarcation.

Mais d’un autre côté, les citadins me font de la peine. Avec tous les volumineux paquets de pâtes et de PQ qu’ils ont accumulés dans leurs petits logements de ville depuis deux semaines, ce n’est pas étonnant qu’ils cherchent un endroit vide où vivre.

En fin d’après-midi, je suis passé à la plage. La distanciation sociale était respectée. Plusieurs dizaines de mètres entre chaque groupe de personnes. C’était peut-être la dernière fois que j’y passais avant plusieurs semaines….

Et puis j’ai eu ma mère au téléphone. Je lui ai dit que la prochaine fois qu’on se verra, elle aura probablement les cheveux blancs et moi les cheveux longs…. MON DIEU J’AI L’IMPRESSION DE VIVRE DANS INTERSTELLAR !

(à suivre…)

Entrée de journal écrite en écoutant Less is More de MARILLION

Less-Is-More-2-picture

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s