BIFF BYFORD « School of Hard Knocks » (2020)

Biff Byford

A 69 ans, Biff Byford peut s’enorgueillir d’une riche carrière avec SAXON, le groupe ayant assis sa réputation dès les premières années de la NWOBHM en publiant quelques disques incontournables de ce renouveau du metal anglais du début des années 80. Au cours des quatre dernières décennies, avec une régularité forçant le respect, SAXON n’a jamais baissé les bras ni rendu les armes, malgré les modes et une popularité parfois en berne. Une telle longévité ne doit évidemment rien au hasard, mais beaucoup sinon tout à son charismatique chanteur. Plus qu’une carrière, un sacerdoce. Après un sérieux pépin de santé en 2019, Biff Byford revient avec un premier album solo en forme de profession de foi et de coup d’œil dans le rétro. L’école des coups durs, tout un programme. Difficile de faire plus explicite. Honnête, sincère, intègre… Byford ne s’embarrasse pas de faux-semblants, il se livre à cœur ouvert. Sur sa passion pour l’histoire médiévale, sur la rudesse du nord industriel de l’Angleterre, là ou réside le cœur du pays, sur sa famille, son enfance, son amour pour le rock plus ou moins dur. Pour cela il prend en main la production et s’entoure d’amis de longue date et de musiciens surprenants tel Fredrik Åkesson (Opeth), le guitariste volubile qui irradiait dans Talisman et qu’Akerfeldt a mis ensuite sous éteignoir. Nous reviennent alors à l’esprit ces balances d’Opeth auxquelles nous avions assisté il y a une dizaine d’années et au cours desquelles le guitariste avait à notre grande surprise joué du Saxon. Le hasard n’existe pas. Phil Campbell (ex-Motörhead) pose également quelques notes sur cet album dont la majeure partie sonne, ô surprise !, comme du Saxon. Mais dès le premier titre, « Welcome to the Show », il se dégage un supplément d’âme, de bonheur communicatif, assez similaires dans la forme à ceux qui émanaient du premier album solo de Bruce Dickinson, « Tattooed Millionaire ». Et si le riff et le son de guitare de « School of Hard Knocks » rappellent étrangement ceux de « Wheels of Steel », il est indéniable que chacun des onze titres de cet album recèle une part de l’âme de son chanteur. Quand dans les moments les plus posés ses cordes vocales accusent leur âge, il est difficile de ne pas penser à Dio (« Worlds Collide ») ou Halford (« Petal to the Metal »). On ne peut renier ses origines. School of Hard Knocks est un album que d’aucuns qualifieront de Old-School. Viscéralement, c’est un album de hard-rock. Tout simplement. Un album qui ramène à une époque où il n’était pas choquant de faire se côtoyer morceaux heavy et ballades, parfois traditionnelles. Quelqu’un a dit Rainbow ? Cet album solo comporte trois de ces respirations qui lui donnent cette dynamique si particulière et le distinguent de la production habituelle de Saxon. Une cover de « Scarborough Fair », la chanson médiévale traditionnelle popularisée par Simon & Garfunkel, revitalisée par un Åkesson très inspiré, une autre habilement modernisée de « Throw Down the Sword » de Wishbone Ash, le premier titre qui fit prendre conscience à Byford qu’il était possible de chanter des récits historiques guerriers, et surtout « Me and You », une ballade émouvante de simplicité composée par Byford pour son épouse à l’occasion de leur 25ème anniversaire de mariage. Ajoutez à cela l’efficace et épique « The Pit and The Pendulum », et vous obtenez un album peut-être pas aussi varié ou surprenant que l’on pouvait le craindre/l’espérer, mais profondément personnel et authentique. Pour les métalleux qui ont connu la NWOBHM et suivi l’évolution du metal depuis lors, ce School of Hard Knocks est l’album feel-good par définition, où résonnent et s’entrechoquent les échos d’une vie rock.

BIFF BYFORD
« School of Hard Knocks »
Silver Lining Music
Sortie le 21 février 2020

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s