BRIEG GUERVENO « Ar Bed Kloz » (2014)

ar bed kloz

Une pépite, voilà ce qu’est « Ar bed Kloz », le nouvel album de Brieg Guerveno. Le genre d’album jubilatoire, qui propulse en terrains connus les fans de PORCUPINE TREE et ANATHEMA. Entouré de Xavier Soulabail à la basse et de Joachim Blanchet à la batterie et aux claviers, le chanteur/guitariste également auteur/compositeur réussit l’exploit de mêler les influences les plus modernes à des sonorités 70’s, organisées en un véritable voyage auditif et sensoriel. Le titre éponyme qui ouvre l’album est à lui seul un véritable tour de force, hypnotique par sa longueur, sa nonchalance, ses claviers vintage et sa guitare folk…..un pari fou dont le final récompense l’auditeur par sa beauté émotionnelle. Les dix pistes de cet album assemblent un puzzle progressif et rock avec un talent qui force l’admiration. Brieg Guerveno est de la génération MY DYING BRIDE, et a fourbi ses armes dans le doom et le black au cours de la deuxième moitié des années 90. Dire qu’il s’y connaît en atmosphères est un euphémisme, quand bien même s’est-il assagi. Le violon, le violoncelle, l’accordéon, ou encore l’uilleann pipe participent par petites touches à la construction de trames sonores envoûtantes, parcourues d’explosions, et survolées de textes sombres et aériens chantés…. en breton. Car c’est bien la particularité de cet album, ce chant « exotique », souvent catalogué « traditionnel », voire « folklorique », mais dont la résonance ici est absolument moderne. Pas l’ombre d’un loup, pas la queue d’un renard, et encore moins un poil de belette sur « Ar bed Kloz », mais un chant véritable valeur ajoutée et efficace passeur d’émotions. Enregistré et mixé en Bretagne, masterisé en Suède aux fameux Fascination Street studios par Tony Lindgren (PARADISE LOST, ENSLAVED, KREATOR, KATATONIA, WITCHCRAFT), « Ar bed Kloz », qui évoque tout autant PORCUPINE TREE que le ANATHEMA de « We’re here because we’re here » et « Weather systems », va jusqu’à fusionner ces influences avec maestria sur le captivant « Ar Spilhenn ». Mais on pourrait tout aussi bien citer « Dianket » et son riff QOTSA, la mélancolie qui s’échappe de « Skornet », le frais et quasi instrumental « Divent », « Den ne oar » et son long pont Wilsonien, ou encore « Bev Out Atav » et « Door 911 » qui se répondent en clôture de l’album avec un art certain du contre-pied, nerveux pour l’un et atmosphérique pour l’autre. Aux confluents du folk, du rock, du prog, ce nouvel album de Brieg Guerveno est un condensé de bonheur. A tel point que passer à côté serait criminel.

BRIEG GUERVENO
« Ar Bed Kloz »
Coop Breizh
Sortie le 05 avril 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s