Fast and furieuses ep#00009

Fast and furieuses…
des chroniques cash en 666 signes max !

01 MAGPIE SALUTE

THE MAGPIE SALUTE – « High Water II » (Mascot Provogue – 18 octobre 2019)

Les Black Crowes n’ont jamais été aussi exaltants que depuis qu’ils n’existent plus. Avec son nouveau groupe, qui doit beaucoup à son prédécesseur, Rich Robinson plonge pour la deuxième année consécutive avec classe dans les eaux profondes du blues-rock et du southern rock, qui lui collent à la peau mieux encore qu’une combi de plongée. Toujours avec John Hogg au chant, envoûtant, possédé, ces 48 minutes de bonheur contagieux paraissent bien trop courtes. Il y a ceux qui voudraient recréer les 70’s, et il y a ceux qui les perpétuent. Ici, on trouve du corps, du fat, du groove, de l’émotion, du vrai ! Courez vite chercher votre maillot !

02 RISE TWAIN

RISE TWAIN – « Rise Twain » (Inside Out – 06 septembre 2019)

La vie est faite de rencontres. RISE TWAIN est né de celle de Brett William Kull et J.D. Beck, artistes cumulant les rôles de producteur, ingé son, écrivain, musiciens, tout autant qu’ils sont admiratifs de Jeff Buckley. Ce premier album abouti tant au niveau des compos que du son, donne dans la pop prog, parfois bluesy ou éthérée. Les arrangements et harmonies vocales sont de toute beauté, les guitares souvent émouvantes. Groovy, charnel, habité, le disque de ce duo en provenance de Philadelphie tutoie par moments le sublime. Il ne leur manque plus qu’à saupoudrer cette démonstration d’un petit supplément d’âme, et le monde leur appartiendra.

03 Kadinja

KADINJA – « DNA » (Arising Empire – 27 septembre 2019)

Sortir un disque de reprises est une démarche curieuse pour un jeune groupe, aussi talentueux soit-il. Pourtant, ce « Dedication.Nostalgia.Addiction » sonne comme une évidence, mieux encore, une déclaration d’amour à une décennie fondatrice qui révolutionna le metal. Korn, Linkin Park, Deftones, Manson, A Perfect Circle… ils sont tous là, leurs musique unifiée de belle façon par le talent à la fois brutal et technique du quintet parisien. Chacun y trouvera son bonheur. Ah ce langoureux « My Own Summer »… hmmm ! Alors maintenant, après un tel concentré de tubes par KADINJA, on attend le prochain, gorgé de tubes « de » KADINJA ! On y croit !

BentKnee_VinylFiles_r5

BENT KNEE – « You know what they mean » (Inside Out – 11 octobre 2019)

Ils sont six, viennent de Boston, et sortent leur cinquième album en dix ans d’existence. « You know what they mean ». Euh… en fait, pas complètement. Ce gros bordel sonore assez jouissif, avec ses passages mélodieux et ces poussées bruitistes, porté par la voix multi-tâche et les envolées (in)contrôlées de Courtney Swain, alternant riffs gras et rythmes électro, ne supporte qu’un qualificatif : avant-gardiste ! Cet album est un piège musical distordu, sensuellement addictif, du genre dont on se remet difficilement. Une sorte de version freak de Mr. Bungle pour le XXIème siècle. « Vive la différence ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s