Fast and furieuses ep#00007

Fast and furieuses…
des chroniques cash en 666 signes max !

buckcherry

BUCKCHERRY – « Warpaint » (Century Media – 08 mars 2019)

Pour sortir en forme de l’hiver, il y a la cure de magnésium… et celle de rock’n’roll ! Le huitième album des californiens de Buckcherry est hautement recommandé par le corps médical pour son énergie débridée et sa faculté à moderniser les canons en vogue à L.A. dans les années 80 ! Gros son, basse charnelle, guitares frétillantes, chant puissant, tout est là pour vous réchauffer. A écouter en voiture, au boulot, sous la douche, à table, au lit… Rock on, baaaaaaby ! (avec en prime une reprise contagieuse du « Head like a hole » de NIN).

Chrome Division

CHROME DIVISION – « One last ride » ( Nuclear Blast – 16 novembre 2018)

Pour sortir en forme de l’hiver, il y a la cure de magnésium… et celle de rock’n’roll ! Cette dernière sortie dit ce qu’elle est, l’ultime album de la bande à Shagrath (Dimmu Borgir) qui raccroche ici avec panache et énergie les perfecto et cartouchières, dans une giclée d’huile cramée et un nuage de gaz d’échappements. Ca rock’n’rolle à tout va, ça fonce à vive allure sur l’autoroute du desert, I’m a poor lonesome rocker ! Les chromes toujours rutilants de cette mécanique surchauffée ne laisseront que des regrets. The End, this is the End my friend… Going out with a (nuclear) blast !

Press_Cover_01

DREAM THEATER – « Distance over time » (Inside Out – 22 février 2019)

Après le pavé que fut « The Astonishing » (2016), la bande à Petrucci a décidé de sortir un album simple et direct. Et effectivement, « Distance over time » est un album simple et direct….pour du Dream Theater. Il plaira probablement aux fans indécrottables. Pour les autres, il faudra se farcir des déluges de notes certes belles mais qui mises bout à bout (et des bouts, il y en a plus que de raison !) révèlent une inspiration en berne génératrice d’ennui. Labrie chante toujours la bouche pleine de marshmallows, la production est cotonneuse, et il n’y pas sur l’album un vide qui ne soit rempli de notes. A écouter en passant l’aspirateur.

queensryche

QUEENSRYCHE – « The Verdict » (Century Media – 22 février 2019)

Il ne faut pas avoir peur pour appeler un album ainsi ! Malheureusement, le nôtre sera sans appel ! On y a cru, on a patienté, mais avec ce troisième album sous l’ère La Torre dont on ressort de l’écoute sans avoir retenu un refrain et avec pour seule réflexion le fait qu’on y trouve quand même quelques belles lignes de basse, cela fait un peu maigre ! Ecrit avec de gros sabots, alternant le déjà-entendu et le banal, chanté au mégaphone, on retiendra malgré tout « Man the machine », « Light years », « Propaganda Fashion » et « Bent » (le morceau le plus inspiré). Efforts louables mais inspiration défectueuse. Condamnés à mieux faire !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s