Fast and furieuses ep#00006

Fast and furieuses…
des chroniques cash en 666 signes max !

 

udo

U.D.O. – « Steelfactory » (AFM records – 31 août 2018)

Udo Dirkschneider l’a promis, il ne jouera plus de titres d’ACCEPT sur scène. C’est ballot, c’est ce que les gens veulent entendre. Qu’à cela ne tienne, il ré-enregistre sur cet album les meilleurs moments de sa carrière au sein du groupe qui lui a assuré la gloire éternelle mais change les titres. Les gens n’y voient que du feu et la presse unanime décrète qu’il s’agit du meilleur album d’ACCEPT depuis longtemps. Forcément… Si les affaires ne marchent plus, il pourra sans souci se reconvertir dans le maquillage de voitures volées.

lovebites - clockwork immortality - artwork

LOVEBITES – « Clockwork Immortality » ( Arising Empire – 07 décembre 2018)

Tenez, puisque qu’Udo vient de nous faire replonger dans le passé, prenez donc le temps de vous attarder sur les japonaises de LOVEBITES qui ressuscitent un speed metal plus vrai que nature en 55 minutes vertigineuses, pied au plancher ! Riffs génériques, nappes de synthés, batterie sur 220, le tout saupoudré de guitares solos intarissables. Beau comme un feu d’artifice envoyé un peu n’importe comment mais avec tellement de pétards qu’on en ressort subjugué. Ou abruti.

beast in black - from hell with love - artwork

BEAST IN BLACK – « From Hell with Love » (Nuclear Blast – 08 février 2019)

Total 80’s revival (pour rester dans le thème) ! Avec notamment des sons de synthés comme on espérait ne plus en entendre. C’était sans compter sur la Finlande. Mais curieusement, il se dégage de ce deuxième album de la bande à Anton Kabanen (ex-Battle Beast) un enthousiasme infiniment contagieux. Difficile de nier l’extraordinaire savoir-faire du groupe au sein duquel Yannis Papadopoulos fait des étincelles au chant. On en viendrait presque à avouer sans honte qu’un jour on écouta Freedom Call. C’est dire ! (je n’ai rien dit). Bluffant !

anneke

ANNEKE VAN GIERSBERGEN – « Symphonized » (Inside Out – 16 novembre 2018)

Cet album live est un vrai cadeau pour les fans de la prolifique Anneke. Uniquement accompagnée des musiciens classiques du Residentie Orkest The Hague, la voix puissante, prodigieuse et assurée de l’ancienne chanteuse de The Gathering, somptueusement mise en valeur, force une fois encore l’admiration. Anneke y revisite ses propres « classiques », qu’il s’agisse du répertoire de The Gathering, de sa carrière solo, ou encore de Vuur ou The Gentle Storm, avec une maestria hors norme. On est loin du metal, certes, mais quelle claque ! Beau et envoûtant.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s