Philippe MANOEUVRE : ROCK en toc

manoeuvrerockEn quatrième de couv de ROCK, l’autobiographie que sort le critique rock le plus célèbre (et controversé) de France, Philippe Manoeuvre, figure cet extrait de « Love trap » (Extraballe, par Extraballe – 1979) : « Le dos contre la barrière, j’enfile un gant de cuir, je regarde en arrière ». Tout le livre est ici résumé. Manoeuvre vit sa vie de rocker par procuration. Ce n’est pas un film qu’il se fait, c’est tout une vidéothèque. En le reposant au terme des 280 pages, en contemplant le bandeau placé par l’éditeur sur la couv’ : « Ma vie est un roman », la question qui vient à l’esprit est : « Pourquoi ne pas en avoir écrit un alors ? », plutôt que cette compilation décousue d’anecdotes autocentrées (bio oblige) dont l’intérêt et la pertinence frisent le zéro absolu ? S’il ne l’avoue jamais, Manoeuvre a joui de malchance dès sa naissance. Comment s’affirmer critic rock dans un pays qui ne l’est pas ? En quarante et quelques années de journalisme musical, l’auteur se met en scène en faire-valoir des plus grandes stars nationales qu’il a côtoyées. Gainsbourg. Hallyday. Polnareff. Joey Starr. Rock définitivement in a hard place. Le fan de rock découvre au fil des pages le vide absolu de cet ouvrage dans ce domaine. Ne parlons pas des metalleux qui apprendront que les membres d’AC/DC sont habillés comme des sdf, et encore moins des groupies des BB Brunes, le renouveau du rock français selon l’auteur, curieusement totalement absent de ces pages. Certains engagements passés sont-ils à ce point difficile à assumer ? Etre rock critic, c’est recueillir, témoigner. Malheureusement, au-delà de l’artiste, de la personnalité publique, la star vit bien souvent un quotidien d’une commune banalité. Il en aurait fallu plus pour dissuader l’auteur de ce livre d’en révéler toutefois quelques détails secrets sans intérêt, si ce n’est de nous faire savoir qu’il « y » était, qu’il « en » était. Manoeuvre dresse d’interminables listes des artistes qu’il a rencontrés (peut-être un lecteur insomniaque aura-t-il la force de les lire), de ceux chez qui il y est allé manger des pâtes, ou encore de ceux qui se sont invités dans l’un de ses appartements (dont il dresse aussi la liste) pour tirer sur le même joint ou chauffer la même cuillère. Il parle un peu des Stones, des Stooges et d’Iggy, dans des passages où la face rock critic de l’auteur s’efface derrière son côté groupie. On esquisse un sourire. C’est plaisant trente secondes. On reprend courage. Mais le reste est terriblement plat et convenu, écrit dans un style d’une pauvreté surprenante. Manœuvre survole sa vie, ses accomplissements onaniques. C’est le livre du « moi, je » dans les magazines, à la radio, à la télé… un parti pris qui aurait pu être intéressant si les faits racontés avaient eu un quelconque intérêt. Ce n’est malheureusement que rarement le cas. On reproche parfois à certains artistes de sortir des disques alimentaires. ROCK a tout d’une bio écrite sur un coin de table, devant la télé. Le rock en France a peut-être les journalistes qu’il mérite.

« ROCK »
Auteur : Philippe Manoeuvre
Editeur : HarperCollins
Sortie le 03 octobre 2018

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s