Fast and furieuses ep#00005 (les pochettes)

Fast and furieuses…
des chroniques cash en 666 signes max !

Des dragons, des monstres, des mondes apocalyptiques,… les pochettes de nombre d’albums de metal se suivent et se ressemblent. Alors pour changer, nous en avons trouvées quatre qui sortent des sentiers battus et nous ont émerveillés (car nous avons gardé notre âme d’enfant).

perl

PëRL – « Luminance » (Autoprod / Apathia – 17 novembre 2017)

Jeff Grimal est l’auteur de cette sublime pochette psychédélique à souhait, aux influences shamanesques native american où l’éléphant se serait substitué au coyote. On s’y perd à tel point que les 33 minutes de post metal qu’elle cache sont presque insuffisantes pour savourer totalement ce bonheur visuel. Le trio mixte parisien livre un album hypnotique, planant et énervé, maîtrisant parfaitement les codes du genre, auquel le chant féminin donne une saveur particulière («L’homme à l’éléphant blanc») et une identité propre. Réalisé par Etienne Sarthou (AqMe, FREITOT) et mastérisé par Magnus Lindberg (Cult of Luna), excusez du peu !

VoightKampff_2018_SubstanceReve_cover

VOIGHT KAMPFF – « Substance Rêve » (Sliptrickrecords – 24 avril 2018)

Sublime pochette de CAZA pour le second album des bretons de VOIGHT KAMPFF qui continuent à se revendiquer de l’œuvre de Philip K. DICK en pratiquant un techno thrash de qualité comme peu savent (osent ?) encore en jouer (tout est dit). On pense à Coroner ou Death, mais on reste surtout ébahi devant une telle dextérité technique, une telle écriture, une telle énergie. En remplaçant ORIGIN au pied levé au Hellfest cette année, ils ont confirmé sur scène tout le bien qu’on en attendait, et achevé de nous rappeler combien nous tenons là un groupe unique, voire indispensable. Fascinant ! Sont-ce des androïdes ?

The Vintage Caravan - Gateways - Artwork

THE VINTAGE CARAVAN – « Gateways » (Nuclear Blast – 31 août 2018)

C’est à Julian Haas que l’on doit cette couverture colorée qui illustre le quatrième album de ce trio en provenance à la fois d’Islande et des années 70. Si vous les avez découverts sur scène, on retrouve sur ce nouvel opus toute la folie qui les anime. Ca part dans tous les sens, le chanteur ne singe ni Plant, ni Coverdale, ni Gillan, et ça groove sévère. 10 titres, 48 minutes à taper du pied et agiter votre chevelure en prenant soin de ne pas faire tomber les fleurs que vous y avez mises. Mais après un démarrage bien rock, l’auditeur se trouve entraîné de force en plein flower power et revival hippie. Rendez-vous fin août, à l’angle de Haight et Ashbury !

116511

SATAN – « Cruel Magic » (Metal Blade Records – 07 septembre 2018)

Seul Maiden aura autant décliné son visuel ! La magistrature anglaise est encore mise à l’honneur en pochette du nouvel album studio des revenants de SATAN. Merci Eliran Kantor ! Faut-il en déduire que le groupe prend l’eau après avoir accordé ses violons ? Pas du tout votre Honneur ! Le line-up historique de «Court in the Act » rattrape le temps perdu avec toujours ce son de batterie exécrable mais une honnêteté et un talent qui forcent le respect ! (Et puis j’adore le chant de Brian Ross, on a tous ses plaisirs coupables). Un très bon cru, varié, dynamique, qui ravira les nostalgiques d’une époque pas si morte ! NWOBHM power !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s