COLD SNAP

Il était écrit que le mois de juillet 2018 aurait une saveur croate. Quelques jours avant que son équipe nationale ne donne des sueurs froides à nos footballeurs, COLD SNAP a marqué des points pour la Croatie en publiant « All our sins » (Arising Empire / Nuclear Blast), un quatrième album, œuvre d’un groupe renouvelé en profondeur après quinze années d’existence et mû par une énergie décuplée ! Fans de metal comme on en faisait dans les années 90 – mais remis au goût du jour -, foncez découvrir cet excellent groupe. Notre curiosité a été pour notre part suffisamment titillée pour que l’on soumette ses membres à un interrogatoire en règle !

Les changements drastiques intervenus dans COLD SNAP en 2017 tiennent de la révolution ! Pourquoi ? Qui ? Comment ? Quand ?

C’est vrai ! Notre guitariste nous a quittés fin 2016. Il ne se sentait plus à sa place dans le groupe, il voulait passer à autre chose. Jan (chant), Zoki (basse) et Denis (batterie) ont donc dû réfléchir à l’avenir. Peu de temps après, ils se sont rendus en Bosnie pour inviter Chopy (chant) à rejoindre le groupe. Puis une audition a eu lieu pour trouver un guitariste, et parmi les candidats Zdravko et Dorian sont sortis du lot. On a décidé de les garder tous les deux ! Mais le groupe sous cette nouvelle forme n’a donné qu’un seul concert. En janvier 2017, c’est Denis notre batteur, à la surprise générale, qui a décidé d’arrêter son instrument. Quel choc ! Mais heureusement il a fallu moins d’une journée pour lui trouver un successeur : Darek. En mai 2017, COLD SNAP s’est lancé dans une tournée européenne (Arising Tour), qui a servi de test grandeur nature pour le nouveau line-up. Au retour, tout le monde a compris que le groupe était prêt à travailler dur, et était déterminé à y investir temps et argent tant l’osmose en son sein était réelle.

band3

Le résultat de ce grand jeu de chaises musicales est “All our sins”, un album qui apparaît plus focalisé que les précédents sur l’énergie et la colère. Cette évolution s’est imposée ?

Absolument ! Elle était “absolument” nécessaire. Ce nouvel album se focalise sur l’énergie et la colère, mais est aussi extrêmement positif. Tout simplement par c’est ce que ressentent les membres du groupe. Le moment était venu. Chacun a apporté son expérience. Tout le monde travaillait dur dans ses précédents groupes, et savait le travail qu’il fallait fournir pour avancer. Les membres du groupe écoutent tous des musiques différentes, mais au moment de la composition chaque pièce s’est assemblée à la perfection.

All our sins” représente-t-il un nouveau départ pour COLD SNAP ?

C’est tout à fait ça. Mais un nouveau départ avec des membres qui ont beaucoup d’expérience.

Les deux/trois premiers titres sont très directs, et les suivants, bien que violents, montrent plus de subtilités quand ils ne sont pas carrément recouverts d’un vernis mélodique. Mais un vernis très fin hein ! Personnellement, j’adore “Demons”, “Crawling”, “2 4 the system” ou encore “No we’re not even”. Comment faites-vous pour garder une écriture aussi fraîche après quatre albums, alors que d’autres groupes tombent généralement dans une sorte de routine ?

Oh merci beaucoup ! Tu imagines bien qu’on est entièrement d’accord avec toi ! C’est très bien dit ! C’est difficile d’expliquer comment garder la fraicheur de l’écriture, et on te remercie de le penser !, mais je pense que c’est sûrement dû à toutes les épreuves que COLD SNAP a rencontrées, le vécu de ses membres, et toutes les émotions qu’on y a mises. Finalement, faire cet album n’a pas été si compliqué. Tout ce qui était en nous s’est retrouvé dans les riffs, les rythmiques et les textes. Le groupe puise énormément dans les expériences de chacun mais aussi dans ce qui se passe dans le monde qui nous entoure. Il faut que tous puissent s’y retrouver, et comprennent que si l’on partage ces idées, ces visions, ces émotions, il nous importe aussi de montrer qu’on peut être leur porte-parole. Certaines personnes n’ont malheureusement pas suffisamment de force pour parler haut et fort, nous nous l’avons au travers de notre musique, et nous voulons que les gens nous rejoignent et parlent !

band2

La Croatie n’est pas loin de la France, et pourtant on n’en connait pas grand chose. Comment est la scène metal ?

Il y a beaucoup de très bons groupes en Croatie. Je dirais même des groupes fantastiques ! Il y en a toujours eu, mais nous sommes pénalisés par la mauvaise situation économique du pays. On a déjà du mal à boucler nos fins de mois avec nos boulots respectifs, alors quand il faut en plus s’occuper d’un groupe… Bien souvent c’est la raison pour laquelle les groupes splittent. Heureusement certains réussissent, mais c’est très dur. Le bon côté, c’est qu’il y a beaucoup de super clubs où jouer, partout dans le pays, et j’ai l’impression qu’il y a une sorte d’engouement croissant pour ce style de musique. On verra bien. On croise les doigts, et on espère intéresser suffisamment de monde en Croatie et dans le monde, histoire d’être capable de montrer ce que vaut la Croatie !

Tue Madsen est-il le septième membre du groupe ? Quelle est la nature de vos relations, et quel est son apport ?

On peut dire ça, oui (rires). Travailler avec Tue est juste génial. Il est super cool, et en même temps hyper pro et compétent. Quand on a fini de composer les titres de “All our Sins”, il a fallu qu’on choisisse le studio où enregistrer. On a passé pas mal de temps à écouter divers cd en voiture, à comparer les productions de Tue à d’autres, et à d’autres groupes croates. Il n’y a pas de mystère si les grands groupes avec lesquels il a bossé reviennent sans cesse le solliciter. Il était vraiment content de travailler sur notre nouveau disque. Nous avons passé dix jours dans son studio au Danemark. On a enregistré nos onze titres en neuf jours sans souci. Simplement parce qu’il nous a laissés enregistrer ce qu’on avait composé, et qu’on l’a laissé faire son job. Il n’a pas cherché à réarranger nos chansons, et nous a laissés faire comme on s’était préparés. Au final, ça sonne comme on s’y attendait, mais en mieux ! Il a tout de suite compris le type de son que nos compos appelaient.

Je suis interloqué par la pochette de votre nouvel album qui me fait penser à une ampoule ! Quel est son sens par rapport aux thèmes exposés ?

Ta façon de voir les choses est très intéressante ! Mais à la base, la pochette ne représente qu’un noeud coulant. D’une certaine façon, c’est une métaphore en rapport avec le titre, “All our sins…” (Tous nos pêchés… – ndr). Nous vivons tous avec nos tourments, intentionnels ou pas, mais à la fin nous connaissons tous le même sort… Le noeud de la pochette est constitué de tous ces gens tourmentés qui tombent dans le même trou. On a beaucoup réfléchi en studio pour finir par s’accorder sur cette idée de noeud. Beaucoup de groupes l’ont déjà utilisée, on a cherché comment se démarquer, et on a remplacé la corde par un amalgame d’humains. Voilà !

A-t-on des chances de vous voir vous produire en France dans un futur proche ?

Oh, nous l’espérons ! C’est génial chez vous, la France compte parmi ses groupes l’un des tout meilleurs, Gojira, et vous avez aussi l’un des meilleurs festivals metal au monde, le Hellfest. Alors oui, nous respectons la France et nous adorerons venir vous rendre visite le plus tôt possible !

Merci à toi !

De rien ! (in french in ze text – ndr)

band1

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s