Je hais les BONUS !

Je n’aime pas les bonus. Enfin, si. Ceux d’antan. Ceux d’avant le CD. Quand un groupe qui avait enregistré plus de 40 minutes de musique se trouvait bien emmerdé par le format 33 tours d’un vinyle déjà plein ras la gueule. D’ailleurs, mon premier disque de Maiden fut un bonus. Le 45t de « Twilight Zone », avec « Wrathchild » en face B. C’est ainsi que je m’en souviens en tout cas. Et puis le format CD a cassé la donne. Iron Maiden est un bon exemple de cette préhistoire. Outre les innombrables morceaux inédits et reprises (aujourd’hui on dirait covers), il y avait aussi les pochettes de ces 45t ou maxi 33 qui déclinaient avec talent la thématique de l’album du moment. Oui, à y repenser, il se dégageait de ces « bonus » une vraie noblesse. Le bonus existe toujours en 2018. Tous les groupes (ou presque) y ont recours. Certains composent. Je pense dernièrement à Audrey Horne, Ihsahn ou Leprous. D’autre couvrent (reprennent – ndt). Je pense à Ghost. Mais pourquoi sortir deux versions d’albums, alors que le support actuel (le cd, ou le numérique) se fiche de la taille ? Principalement parce que ces « bonus » ne sont généralement pas disponibles sur les sites de streaming (Deezer, Spotify,…). Achetez donc le cd, et vous aurez un petit cadeau ! Mais à la base, si un titre ne figure pas dans une tracklist, c’est qu’il n’y a pas trouvé sa place, non ? Pareil pour les reprises (covers – ndt), qu’on n’écoutera qu’une fois pour juger de leur originalité ou de leur conformité. Et que dire d’un éventuel titre en public ajouté pour la re-sortie de l’album ? Que des parasites ! Dans Metal Hammer 310 daté de juillet 2018, Ozzy Osbourne déclare : « Ca me fait putain de chier quand le label ajoute un titre live à un album génial. Ils gardent la même tracklist, et ils ajoutent un titre live récent, mais c’est juste pour le pognon ! ». Amen. Franchement, quand je mets « Prequelle » de Ghost dans mon lecteur cd, j’apprécie qu’il se termine sur « Life Eternal ». Je n’aurais pas supporté la version lenticulaire (?) et avoir dû à chaque écoute me taper deux reprises et rester sur les dernières notes d’un titre de Leonard Cohen après avoir rendu l’âme sur les Pet Shop Boys. What the fuck ? Qui a besoin de ce genre de bonus ? Franchement ? Et par charité, je n’évoquerai même pas le cas des anciennes gloires qui tentent de refourguer le même catalogue pour la 25ème fois en proposant un cd entier gavé de démos, prises live et outtakes ? Mais quel intérêt ? N’ont-ils pas dès l’origine gravé le meilleur ? C’est un peu comme si un chef venait, après un exceptionnel repas gastronomique, vous présenter des plats en cours d’élaboration, mais avec un assaisonnement ou des préparations inachevés. La belle affaire ! Alors en 2018, les bonus n’affadissent-ils pas l’œuvre principale ? Ne sont-ils pas superflus ? Quelqu’un les écoute-t-il ? (et si oui, combien de fois ?)

PS : Répondez-moi vite, je suis déjà en train de passer mes nerfs sur un autre sujet !

Publicités

2 réflexions sur “Je hais les BONUS !

  1. Globalement assez d’accord avec toi, même si quelques exceptions confirment la règle, comme le dernier double album de Napalm Death qui ne renferme que du premier choix. Personnellement, plus encore que les bonus (boni ?), ce sont les remixes qui m’insupportent au plus haut point.

    J'aime

Répondre à Arno Strobl Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s