CLOUD CUCKOO LAND « Somewhere in between » (2018)

pochette-rvb (2).jpg

Alors que KLONE nous annonce son retour imminent à l’électrique et la distorsion, son compositeur et guitariste Guillaume Bernard continue ses explorations unplugged. Des explorations qui le mènent à chaque fois un peu plus loin, toujours faites de surprises, d’audaces, et de remises en question. Sous le nom de CLOUD CUCKOO LAND, « Somewhere in between » est le premier album du duo qu’il forme avec Mélusine Fradet (chant), une collaboration née il y a huit ans mais presque immédiatement remisée dans les limbes de l’entre-deux artistique. Les dix titres enfin finalisés avec la participation toute en subtilité de Romain « Klone unplugged » Berce (percussions et synthés) et Laura Nicogossian (piano), produits par Guillaume Bernard et Matthieu Metzger (Klone, Killing Spree), ont la légèreté des nuages qui les accueillent et la vivacité de leurs occupants ailés. Un concentré de délicatesse éthérée. Portées par la voix magnétique et cristalline de Mélusine (quel prénom prédestiné !), chanteuse mais surtout conteuse, les guitares de Guillaume assemblent un patchwork complexe d’arpèges invitant au voyage et à l’introspection. Intimistes et oniriques, les textes en anglais nous font toucher du doigt un entre-deux féerique parfois lumineux, souvent sombre, triste, voire inquiétant. Mélusine est totalement habitée par cet ailleurs dans lequel elle entraîne l’auditeur pour le perdre dans les intonations de ses comptines pour adultes. Un univers musical riche, propice à l’abandon, dans lequel le duo se réinvente continuellement avec malice. Il se dégage de cet album une mélancolie contagieuse d’où s’échappent par moments des échos fantasmagoriques (« Molpee’s song »). Véritable ode à la poésie, chacun saura y trouver de quoi picorer selon sa sensibilité, au gré de ritournelles hypnotiques tels le sautillant « Small steps », le sombre « Under the skin », ou le final fou de « Back to the wall ». « Somewhere in between » est une parenthèse rafraîchissante, une fenêtre sur un ailleurs, un concentré de poésie sonore. C’est surtout un disque à savourer sur le qui-vive, beau et rassurant comme l’exploration d’une forêt qui serait issue de l’imaginaire de Tim Burton.

CLOUD CUCKOO LAND
« Somewhere in between »
Klonosphère / Season of Mist

Sortie le 23 février 2018

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s