PODIUM DISASTER

Je n’ai pas l’âme d’un compétiteur. Gagner un grand prix de F1, une étape du tour de France, grimper sur le podium entouré de deux bimbos et agiter frénétiquement un magnum de champagne ne m’a jamais fait rêver. Asperger la foule d’une mousse blanchâtre en secouant une bouteille la mine réjouie,  je suis navré mais je n’ai pas ce fantasme machiste là. D’où mon désarroi hier midi. Nous avions deux amis à déjeuner, et alors que j’avais entrepris de servir l’apéro, je fus confronté à un bouchon récalcitrant, lové dans son goulot, décidé à résister à la pression d’un breuvage sous (haute) tension (rock’n’roll). Quelle idée me prit d’utiliser un torchon pour tenter d’expulser le liège de sa position retranchée ? Debout dans le salon, la bouteille dans la main droite, le bouchon sous le torchon dans la gauche céda d’un coup ! Et me voilà soudainement bien incapable de maîtriser une situation devenue incontrôlable. J’enlève le torchon, la mousse jaillit du goulot, bêtement je tente de stopper cette situation ridicule en appuyant mon pouce sur celui-ci, avec un effet semblable au fait de pincer l’extrémité d’un tuyau d’arrosage les eaux grandes ouvertes. Je suis perdu. Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Mayday ! Mayday ! MAYDAY ! Le temps s’arrête. J’ai l’impression que la bouteille contient 30.000 litres de liquide sous pression !

Je suis au centre du salon. Que faire avec cette bouteille lance-mousse intarissable ? Devant moi la télé et la hi-fi…. NIET ! A ma droite le canapé où sont installés nos deux convives tétanisés par la peur que je me tourne vers eux ! NIET AUSSI  ! A ma gauche la baie vitrée. Fermée. Au diable le ménage, je n’ai qu’une solution. J’asperge les carreaux ! Je réalise alors qu’il faut que j’enlève mon pouce. Que le liquide – enfin, ce qu’il en reste – s’échappera plus « calmement » ainsi. Je sauve finalement un tiers de la bouteille de crémant.

50 ans. Jamais telle mésaventure ne m’était arrivée. C’est une expérience… intéressante. Serpillière. Sopalin. Valérie et moi intervenons plus vite que les Ghostbusters. La maison retrouve en un centième de secondes son intégrité. Quelle histoire quand même. Je me demande encore maintenant si nos amis ont craint un instant que je ne me tourne vers eux. La journée aurait pris une toute autre tournure ! Peut-être aurait-on bien ri aussi ? Ou pas. Enfin, pas tous !

Pendant ce temps-là, sur la platine vinyle tournait l’édition australienne de « T.N.T. »d’AC/DC.

On s’en souviendra longtemps.

Je n’ai pas de regret de n’avoir été ni coureur cycliste ni pilote de F1. La célébration de la victoire n’a rien de drôle en fait.

Quoique….

 

Publicités

2 réflexions sur “PODIUM DISASTER

  1. Hamilton ou Froome ne passe pas la serpillère après, c'est pour ça que c'est bon pour eux !
    Lire les frasques de ton existence renvoie tout de même Indiana Jones à la futilité de ses petites aventures.

    J'aime

Répondre à EVIDENCES Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s