DARRAS / DELZANT, C’EST QUOI CA ???

 

Il y a quelques années, ou peut-être un peu plus, mais si peu… j’ai pris énormément de plaisir (et c’est un euphémisme) à participer à un fanzine reconnu dans le milieu de la BD US en France, qui s’appelait et s’appelle toujours encore d’ailleurs SCARCE.

Chroniques, rétrospectives, rubriques, interviews, je crois que j’y pu y toucher à tout. Sauf dessiner. J’étais entouré de gens tellement talentueux qui depuis ont fait leur trou, comme on dit, ce qui ne signifie pas qu’il s’y sont enterrés !, dans le milieu de la BD ou de l’édition. Je pense bien sûr à Jean-Paul Jennequin, Thierry Mornet, Jean Wacquet, Jean-Marc Lainé, Patrick Marcel, mais aussi Denis Bajram, Mathieu Lauffray, Fred Grivaud, et tous les autres que je ne nommerai pas et tant pis s’il leur vient l’idée de me maudire jusqu’à la septième génération ! Je n’ai donc pas dessiné dans SCARCE, car cela aurait été aussi saugrenu que si l’on me confiait aujourd’hui une guitare et me demandait d’ouvrir pour Joe Satriani. A part prouver mon incompétence, je n’en vois pas l’utilité.

Néanmoins, lors de mon passage à SCARCE, j’ai eu le bonheur de rencontrer Sylvain Delzant. Celui qui dans ma mémoire restera à jamais l’auteur de ce dessin dont je ris encore aujourd’hui, paru dans MAD MOVIES, qui mettait en scène Noé, son arche, et la file des animaux en attente d’embarquement au bout de laquelle patientait le couple Batman / Robin. AHAHAH !!! Voyez, même en l’écrivant je ris.

Malheureusement (et là j’écris « malheureusement » pour vous), un voyage nous mena à l’étranger aux fins de rencontrer divers artistes de comics (c’était avant internet, vous voyez que je n’exagérais pas quand j’écrivais « Il y a quelques années… »). Il ne nous fallut qu’une poignée de minutes de vie commune pour nous apercevoir que nous partagions le même sens de l’humour fin, spirituel, élégant. Alors que nous rentrions en France avec de longues interviews sur bande, nous avions acquis la certitude que nos stylo et crayon étaient fait pour s’entendre, et nous avions de quoi réaliser une tripotée de crobards associant jeux de mots douteux et dessins crades.

EXEMPLE D’HUMOUR ELEGANT (Fin XXème)

Bon, depuis la vie nous a séparés, blah-blah-blah…. et internet et facebook nous permettent enfin de braver l’espace et le temps pour remettre ça ponctuellement.

Encouragez-nous, maudissez-nous… de toute façon c’est tout ce que l’on a !

Et en plus ça nous fait marrer.

EXEMPLE D’HUMOUR ELEGANT (Fin de cette semaine)
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s