LOUDBLAST « Burial Ground » (2014)

burialground2

Trois ans après le très bon Frozen Moments Between Life and Death, LOUDBLAST, vétéran de la scène metal hexagonale, revient faire taire ceux qui peut-être l’avaient enterré trop tôt avec un nouvel album ironiquement intitulé Burial Ground. Sobre et sombre, la pochette annonce la couleur : noire… l’ambiance : diabolique… et tire la langue à ses détracteurs. Aux côtés de Stéphane Buriez, on retrouve les habituels suspects responsables du précédent album : le fidèle Hervé Coquerel à la batterie, Alex Lenormand à la basse et Drakhian aux guitares. Mais alors que Frozen Moments… était un album comportant des titres à la structure classique, Burial Ground prend une toute autre route, sinueuse, torturée, alambiquée. Burial Ground n’est pas le genre d’album qui s’appréhende à la première écoute. « A bloody Oath » qui ouvre les hostilités annonce que rien ne sera facile : démarrage lourd, accélérations, ralentissements, ruptures, batterie impressionnante, basse ronflante, voix caverneuse, grognements méphistophéliques, riffs ingénieux, solos mélodiques sur le final…. les bases de cet album déstructuré sont jetées ! « Burial Ground » voit LOUDBLAST s’aventurer fièrement sur les chemins du death matiné de black. Dans ce conglomérat malfaisant, pesant, oppressant, chaque titre parvient cependant à affirmer une identité propre : « Darkness will abide » et son riff groovy, le rapide « Ascending straight in circles » (quel morceau !), le plus linéaire « Soothing torments », « From Dried Bones » avec son intro calme, ambiancée, et son riff sautillant, le sombre « Abstract God »,…jusqu’aux chœurs de « The Path », morceau final (avant un titre bonus) qui s’évanouit dans des solos sans fin……. Cet album ouvre et referme quantité de pistes inquiétantes, les idées pullulent et s’entrechoquent, sans qu’un tube potentiel ni un refrain mémorisable n’émergent, au profit d’un bloc homogène d’une noirceur infernale. Burial Ground tire sa force de son unité, et n’a qu’une finalité : votre damnation. On ne saurait reprocher à LOUDBLAST de se reposer sur ses acquis. Il réussit son évolution vers une modernité audacieuse et ambitieuse. Et si le côté extrême assumé de Burial Ground l’écarte sans aucun doute du top 10 des albums que vous emporterez sur une île déserte, il en fait en revanche un sérieux prétendant au top des albums qui vous accompagneront à merveille si par malheur vous veniez à vous perdre dans un trou noir.

LOUDBLAST
« Burial Ground »
Listenable

 

Sortie le 28 avril 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s