HEADCHARGER "Black Diamond Snake" (2014)

 
 
En 2010, HEADCHARGER nous annonçait le début de la fin (« The end starts here »). Et pourtant, deux ans plus tard, « Slow motion disease » nous retournait avec un son monstrueux et l’abandon du chant énervé. Aujourd’hui, « Black Diamond Snake », concept-album automobile qui n’a pas fini de rouler, enfonce les clous (et les piétons avec) ! Fonçant phares baissés vers la fin (mais la fin de quoi ?), HEADCHARGER revient nous donner une leçon de pur rock’n’roll. Dans la continuité de son prédécesseur, bien que plus sombre et compact, mais aussi débarrassé de quelques inspirations trop évidentes, ce nouvel album assoit HEADCHARGER non seulement comme l’un des meilleurs représentants du metal hexagonal, mais comme un grand groupe, tout simplement ! On ignore ce à quoi carbure le bolide de la pochette, mais pied au plancher – quel pied ! -, il mène un train d’enfer sur ces dix pistes sans jamais faiblir ! Pas un temps mort dès « Land of Sunshine » qui ouvre la route. Si l’on tremble à l’écoute du mi-bluesy « Head’s up » à mi-parcours, c’est de crainte que le moteur cale. Mais parfaitement huilée la machine repart de plus belle et s’emballe même sur « I wanna see you die » et « No Fate ». Cet album à la production nerveuse mais si claire, dont chaque note est audible (Bon sang, cette basse chaude qu’on suit à la note tout du long !), qui allie énergie et agressivité, est un véritable concentré de testostérone porté par une voix impeccable et des guitares affûtées. L’Envie et l’Urgence caractérisent à la perfection la musique du groupe, mais la force de HEADCHARGER est sans conteste aussi nichée dans cette faculté à écrire des refrains chantants à milles lieues des mélodies niaisement guillerettes. « Black Diamond Snake » donne furieusement envie de chanter et de taper du pied, que ce soit sur les refrains de « The Diver », « I Wanna See You Die », ou encore « Blazing Star », ou les harmonies de « Don’t Wanna Change Your World » ou « No Fate ». C’est donc avec bonheur et sans aucune résistance qu’on se place dans le sillage de cette « Black Diamond Snake » et que l’on s’abandonne dans son aspiration ! Le meilleur album du groupe à ce jour sans aucun doute.
 
HEADCHARGER
« Black Diamond Snake »
Verycords
 
Sorti le 28 avril 2014

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s